Chargée de com’ interne en freelance : Le nouveau concept qui a conquis les PME

S’imposer face aux grands groupes internationaux, survivre à la dure loi du marché, fidéliser leurs salariés : tels sont les défis auxquels sont confrontées les petites entreprises et celles de taille moyenne. Bien plus qu’un simple levier pour y parvenir, la nécessité de maîtriser parfaitement l’art de communiquer devient alors une priorité. Les PME seraient-elles le nouveau secteur de prédilection pour les métiers de la communication ?

 

Un contexte difficile pour les métiers de la communication

 

Une économie ultra-libérale

Notre société a été marquée par de nombreux changements cette dernière décennie. La suppression des barrières économiques, le rayonnement mondial de certaines marques et la mondialisation ont conduit à une libéralisation et à une internationalisation progressive et totale de notre économie de marché. La concurrence accrue, conséquence directe de ce nouveau modèle économique, a multiplié les phénomènes de concentration et de fusion. Le marché se voit donc dominé par de grands groupes, le rendant difficile d’accès pour les plus petites entreprises et créant une réelle problématique dans les domaines de la communication et de la publicité.

Dans ce contexte très concurrentiel, difficile pour les jeunes entreprises et celles de petite taille de se démarquer. Leur manque de visibilité et leur faible budget ralentissent voire freinent leur développement, les empêchant de concurrencer les autres entreprises. Leurs besoins sont pourtant clairement identifiés : développement d’actions de communication internes et externes, recrutement de nouvelles compétences spécialisées dans les nouveaux outils et stratégies actuelles.

 

L’objectif 0 papier

La dématérialisation a transformé les codes de la communication et a bouleversé les modes de consommation. Une conséquence directe des décisions prises sur les dix dernières années en matière de protection de l’environnement. La COP 33 (2027) a d’ailleurs été un tournant décisif dans la réelle mise en application, à l’échelle de l’Union Européenne et au niveau mondiale, de la réduction des déchets, dont le papier. Cette décision touchant différents secteurs d’activités, a directement impacté celui de la communication allant jusqu’à faire disparaître certains supports (affichage, packaging, flyers, etc.) et métiers (afficheurs, imprimeurs, etc.).

© Netflix/McDonald’s/Coca Cola/Orangina-Apple Watch (montage)

Ainsi de nouveaux supports digitaux et plus interactifs ont vu le jour tels que l’affichage digital, l’affichage interactif, les publicités en Réalité Virtuelle ou encore les alertes sur nos objets connectés. Les écrans ont ainsi intégré nos paysages urbains. Ces nombreux changements ont conduits les nouvelles générations et les plus anciennes à adapter leurs pratiques tant dans leur environnement professionnel que dans leur quotidien. En effet, bien que contraints au départ, l’adaptation aux nouveaux outils, plus digitaux et plus interactifs, leur était incontournable.

Le zéro papier, au-delà d’être un système écologique, a l’avantage de réduire considérablement les coûts d’une entreprise. En effet, c’est un moyen efficace pour alléger le montant des diverses taxes environnementales (la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères, la TVA sur les déchets, etc.) tout en réduisant son empreinte écologique. Une économie non négligeable pour les PME qui ont d’ailleurs été nombreuses à lancer bien en amont de la COP 33, l’opération « Mon bureau sans papier ». Trouvant là aussi un bon moyen d’améliorer la réactivité en interne de l’entreprise, notamment grâce à l’utilisation systématique des messageries instantanées, elles abandonnent les correspondances papier par exemple, tout en renforçant la sécurité de leurs données. Une telle protection se fait grâce au chiffrement systématique des données échangées protégeant ainsi les intérêts de l’entreprise mais aussi des utilisateurs ; dispositif que WatsApp avait été un des premiers à mettre en place. À cela s’ajoute aussi la dématérialisation de nombreuses archives, permettant de libérer de l’espace et assurant une meilleure sécurité des données.

Esker propose un service de dématérialisation pour les entreprises.
© Esker, « Libérez-vous du papier avec Esker ! »

De nombreux outils collaboratifs sont nés de cette ambition du « zéro papier ». Permettant de regrouper sur une seule et même plateforme l’ensemble des documents des salariés qui se réjouissent des bénéfices apportés : collaboration entre les différents acteurs simplifiée, meilleure gestion du nombre d’intermédiaires, gain de temps, etc.

 

Des agences de rencontre pour PME !

 

Investir le nouveau marché des PME, c’est le pari qu’ont fait de nouvelles agences. Le concept : mettre en relation des chargés de communication « freelance » avec des Petites et Moyennes Entreprises (PME). Une offre sur mesure répondant parfaitement aux contraintes budgétaires de ces jeunes et/ou petites structures. À leur service, à tout moment, le chargé de communication avec son large éventail de compétences, répond à leurs besoins, pour des missions plus ou moins longues. Permettant ainsi aux communicants freelance de choisir également leurs clients, leurs missions ainsi que la durée de leur contrat, leur permettant de développer leurs connaissances et leur réseau professionnel.

Si la rencontre entre l’entreprise et le candidat « freelance » est concluante, celui-ci s’engage à accompagner son client dans l’élaboration de sa stratégie de communication pour ensuite lui soumettre un plan de communication. Il va réfléchir par la suite aux différentes actions à mettre en place pour atteindre les objectifs souhaités et va suivre chaque étape de la mise en place du plan de communication tout en proposant des aménagements en fonction des évolutions de l’entreprise. Un travail à distance qui est possible grâce à un outil numérique efficace…

 

État des lieux : Le métier de chargé de com’ interne en 2032

Le métier de chargé de communication interne s’est transformé ces quinze dernières années. Bien qu’il s’agisse essentiellement de changements technologiques, des modifications sur les pratiques et les usages sont aussi à noter. La communication exige désormais d’être individualisée pour répondre au mieux aux attentes des salariés, tout en s’adressant de manière plus globale à une entreprise. Bien qu’accusant un certain retard par rapport aux évolutions de la communication externe, la communication interne a su développer intensivement ses compétences digitales s’adaptant ainsi davantage à sa cible, familière aux nouvelles technologies et aux différents réseaux sociaux.

Cependant, les objectifs de la communication interne restent sensiblement les mêmes qu’ils étaient il y a dix à quinze ans. Le chargé de communication interne a toujours en charge la conception et la mise en œuvre des actions de communication. Il doit conseiller et accompagner les managers et opérationnels, pour développer une dynamique collective, puis mesurer et suivre différents indicateurs (adhésion, audience, compréhension, satisfaction, etc.).

Le métier de chargé de communication a tout de même connu des temps difficiles puisque de nombreuses entreprises de petite taille ou de taille moyenne sont contraintes de se séparer de leur équipe de communication interne par manque de budget, optant plus facilement pour la solution « chargé de communication freelance ». Cependant difficile d’imaginer que cela soit possible pour la communication interne. Comment mettre en place des actions de communication interne sans même faire partie intégrante de l’entreprise ? Pari lancé !

 

Les freelances, des interlocuteurs de taille pour les PME !

Pari tenu ! Ces nouvelles agences de communication proposent ainsi un nouveau concept, répondant à la fois aux attentes et aux besoins des PME mais aussi des chargés de communication. Leur offre est composée à la fois d’un service de qualité et d’outils adaptés à l’entreprise, avec la possibilité de dimensionner leurs ressources en fonction de leur budget et de leur stratégie interne à un moment précis.

 

Le Réseau Social d’Entreprise, l’outil indispensable de la communication interne

 

Ces agences de communication, en complémentarité de l’offre stratégique, proposent un outil indispensable à la communication interne : un Réseau Social d’Entreprise (RSE). En proposant un outil participatif et collaboratif, elles mettent à disposition un dispositif personnalisable et qui a l’avantage considérable de fonctionner de manière autonome.

© Workplace

Sur la base de son réseau social que nous connaissons, Facebook propose Workplace ; son Réseau Social d’Entreprise. Avec des fonctions similaires aux réseaux sociaux habituels, celui-ci propose la création d’un profil personnalisé à chacun et met en contact les salariés les uns avec les autres au sein de groupes. Il offre un service de messagerie instantanée et d’appel vidéo. Il donne également la possibilité de travailler avec d’autres entreprises et, grâce à son fil d’actualité, il permet à chacun de se tenir au fait de l’actualité de sa société et des projets en cours. De plus, une application mobile est disponible et la confidentialité des informations est garantie.

« La clé de la transformation digitale des entreprises, c’est… la collaboration. » 

Cécilia Di Quinzo, 2017, stratégie.fr

La collaboration entre les salariés peut être un véritable levier pour faciliter le changement dans les entreprises. Ce que permet le déploiement de « logiciels de groupes » tel qu’un RSE. Donnant un certain pouvoir d’action au salarié qui pourra désormais agir en véritable « consom-acteur » en s’intégrant naturellement à une dynamique de partage de compétences avec ses collègues. Accompagner les salariés dans la mise en place de ce dispositif fera partie intégrante des missions du chargé de communication en freelance. Il aura ainsi un rôle de formateur et de médiateur afin de familiariser sa cible à l’outil. Il sera parfois présent physiquement dans les entreprises afin d’animer divers ateliers de prise en main ainsi que diverses réunions montrant l’étendue des fonctionnalités de l’outil dans un contexte de travail.

Alors qu’auparavant ils étaient très peu utilisés, nous arrivons dans une période où l’exploitation des RSE sera la plus optimale. En effet, il y a encore quelques années, les salariés ne voyaient pas directement qu’elle pouvait être l’utilité réelle de ce type d’outils. Ils s’y rendaient un peu par hasard et se retrouvaient noyé dans l’information, présente en grande quantité. Il y a avait une telle multiplication du nombre d’émetteurs qu’ils s’y perdaient. De plus, on incitait beaucoup moins les salariés à utiliser ce type d’outils car nombreux managers estimaient qu’un salarié consultant un RSE n’était pas en train de travailler.
Avec Workplace, les salariés auront moins d’appréhension face à l’outil et ils n’auront pas d’autres alternatives à certaines de ses fonctionnalités. Les salariés devront donc nécessairement adopter ce nouveau mode de travail, 100% digital : une seule et unique application regroupant l’ensemble des outils, pour une plus grande réactivité et agilité de la part de l’ensemble des collaborateurs ! Les RSE permettront également de proposer une communication plus personnalisée et plus ciblée.

 

Est-il encore possible de communiquer efficacement dans l’entreprise d’aujourd’hui ?

Regagner la confiance des salariés dans les entreprises, renforcer la cohésion entre les individus, donner du sens et accompagner les décisions de la direction, tout en valorisant le travail de l’ensemble des collaborateurs, tels sont les enjeux omniprésents des entreprises. La révolution du monde de la communication interne provoquée par la dématérialisation, la digitalisation, l’ampleur des réseaux sociaux, imposent aux entreprises d’être réactives et d’agir de manière ciblée. L’arrivée des chargés de communication « freelance » sur le marché assure un avenir prometteur pour la communication interne des entreprises et la généralisation du RSE pourra par ailleurs permettre d’en faire un réel outil de management.


SOURCES / BIBLIO-WEBOGRAPHIE

Article :

• Luc Boyer, Aline Scouarnec (2008), Des « possibles » environnementaux aux « possibles » organisationnels : Quelle prospective des métiers de la publicité et de la communication ?, Management & Avenir, n°15, pages 104 à 119

• Frédéric Ely (2015), Utopie de la communication interne : vers une « maïeutique managériale de la confiance » dans l’organisation vertueuse, Communication & organisation, n°47, pages 197 à 215

• Anca Boboc, Fabienne Gire, Jérémie Rosanvallon (2015), Les réseaux sociaux numériques. Vers un renouveau de la communication dans les entreprises ?, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), n°30, pages 19 à 32

Article électronique :

• Cécilia Di Quinzio (2017), Le réseau social d’entreprise, un levier de transformation, stratégies.fr

• Delphine Soulas-Gresson (2016), Facebook ouvre Workplace, un réseau social d’entreprise, stratégie.fr

• Blanchout Gabrielle (2011), Quel avenir pour les métiers de la communication?, letudiant.fr

• Olivier Habault (2014), Le RSE : l’avenir de la communication interne, mais à quelle condition ?, Com’In Le magazine Com’interne & numérique

• Gilmar Sequeira Martins (2017), La data pour booster la communication interne, stratégie.fr

Fiche métier :

• Le référentiel des métiers de la communication, Chargée de communication [Fiche métier]

Définition :

• Rouse Margaret (2016, août), Bureau sans papier [Définition], lemagit.fr

Page web :

• Facebook, Workplace by Facebook [Page web]

• WhatsApp, Le chiffrement de bout en bout [Page web]

Billet de blogue :

• Elsa (2014, 24 juillet), Être chargé de communication freelance [Billet de blogue], comdigitale.fr


THÉMATIQUES

COMMUNS / CONFIANCE / PARTICIPATION, COLLABORATION, COOPÉRATION / PERSONNALISATION

Laisser un commentaire