Départ : fin d’une carrière sportive, la dure réalité

Réelle étape pour un sportif de haut niveau, la fin d’une carrière en compétition est généralement très précoce. L’addiction d’un athlète est son sport lui-même… Alors comment les sportifs vivent-ils cette période ? Comment traverser cette rupture ?

Un départ, c’est quitter quelque chose. Mais cela correspond aussi au « commencement d’une action envisagée » (cf. LAROUSE). Que pouvons-nous dire alors du « départ » d’un grand sportif ? Certaines études abordent ce sujet sous des angles divers, mais les résultats restent similaires, révélant des éléments forts, parfois inquiétants, quant à l’état émotionnel et physique des athlètes.

  • Départ sportif : la pénible réalité d’un monde ordinaire

La carrière d’un grand athlète s’achève souvent entre 25 et 30 ans. Avant ses 30 ans, le sportif de haut niveau a vécu de nombreux sacrifices, a appris à travailler sans relâche, a joué en quelques secondes des années de préparation. Être sportif de haut niveau, c’est un rythme et une hygiène de vie. C’est savoir dire non quand le cœur voudrait dire oui. C’est se mettre dans une « bulle » pour repousser toujours plus loin les limites de son corps. C’est aussi apprendre à perdre en gardant la tête haute et gagner avec modestie.

« Je me souviens d’avoir éprouvé un manque (…) du terrain, du jeu, de l’effort physique. Arrêter sa carrière, c’est tirer un trait sur vingt ans de sa vie. C’est une petite mort. Il faut apprendre à sortir d’un rôle pour en endosser un nouveau », Djezon Boutoille, ancien joueur de football.

 

Serge Simon, cité dans Le jour où ils ont cessé d’être des sportifs de haut niveau de Sébastien Billard, définie trois « crises » possibles lors de l’arrêt d’une carrière :

– la crise physique : le corps utilisé depuis le plus jeune âge pour performer sportivement est totalement remis en cause.

– la crise identitaire : l’athlète jusqu’ici soutenu par son entourage et ses fans se retrouve brutalement dans un monde où il doit à nouveau faire ses preuves.

– la crise financière : une reconversion professionnelle est souvent indispensable pour « résister » financièrement, à défaut d’être une grande star et d’avoir gagné des sommes pharamineuses.

Au moment de l’arrêt de leur carrière, les sportifs vivent des transformations physiques et émotionnelles fortes : manque de leur discipline, mal-être, irritabilité, impression d’être démuni et sentiment d’inutilité.

manaudou

 

  • Quitter une addiction pour une autre

William Lowenstein, spécialiste français en médecine interne, psychiatrie, addictologie, et président de SOS Addictions aborde d’ailleurs le sujet du « sevrage » dans Champions sportifs « Le sevrage ne doit pas être brutal ».
Selon une enquête réalisée auprès de 1 000 personnes sous méthadone ou en suivi de sevrage alcoolique, 15 % de ses patients avaient pratiqué des sports intensifs à un moment de leur vie, dont 8 % en « sport-études ».

Le spécialiste donne dans cet article les points communs entre les addicts et les sportifs : « les champions pensent, voient très vite et plus loin. Comme de nombreux toxicomanes, ils vous surprennent par leur intelligence, parlant peu, mais juste, avec un réel don d’observation. La discipline que les athlètes pratiquent les contraint à un haut niveau d’exigence (…), ils vivent dans une permanente neuro-excitabilité (…) ils ne s’arrêtent jamais, comme les toxicomanes ».

Joie, peur et doute sont les émotions ressenties en permanence par un grand sportif. Lorsqu’il quitte le milieu de la compétition, « c’est la fin des émotions » évoque Marcel Desailly, footballeur français, en parlant de la fin de sa carrière. C’est pourquoi il est important de maintenir une activité physique lorsque l’on quitte la compétition.

  • Un départ n’exclut pas un nouvel épanouissement personnel 

De nombreux sportifs ont finalement choisit de continuer à vivre de leur passion, mais différemment. A titre d’illustration, certains se reconvertissent en journalistes sportifs, d’autres en entraîneurs.

Amélie Coperchini a, quant à elle, choisit de quitter les compétitions de patinage artistique en poursuivant sa passion dans le monde du spectacle.

C’est ce qu’elle nous explique à travers cette interview…

=> Vidéo

 

Atlanta-1996-Flessel-championne-olympique

Laisser un commentaire