Focus: 3 séries à ne pas rater en 2014

Alors que 2014 touche bientôt à sa fin et que la rentrée des séries américaines, avec cette année, il faut bien le dire, son lot de déceptions, est désormais derrière nous, il est temps de faire le bilan et de s’arrêter sur trois nouveautés qui ont secoué nos petits écrans, trois séries américaines qui ont ou font toujours parler d’elles et qui sont d’ores et déjà visibles en France, grâce à divers offres légales.

Penny Dreadful

Capture d'écran Netflix

Interface de la version française de Netflix – Source: www.netflix.com


Après avoir fait trembler les foyers américains au printemps dernier, Penny Dreadful, qui doit son titre aux « penny dreadfuls » (terme qui désignait les « romans de quatre sous », souvent fantastiques ou horrifiques, vendus pour quelques pennys dans le Londres victorien), est disponible sur Netflix depuis son lancement en France le 15 septembre dernier.

Lancée le 11 mai 2014 sur la chaîne câblée Showtime, à qui l’on doit notamment Dexter, Homeland ou encore le revival de Twin Peaks prévu pour 2016, Penny Dreadful est vendue dans l’héxagone comme une série « Netflix original » mais cela signifie en fait seulement qu’elle a été achetée par Netflix pour le marché français, contrairement aux réelles séries originales Netflix telles que Orange is the New Black ou Hemlock Grove, qui elles sont produites exclusivement pour Netflix (laissons House of Cards hors de cette équation, car bien que produite pour Netflix aux États-Unis, Canal + en détient les droits exclusifs chez nous jusqu’à la saison 3).

Penny Dreadful posters

Affiches promotionnelles de la saison 1 de « Penny Dreadful » – Jérémie D. CC BY-NC

Créée par John Logan, notamment scénariste de films tels que Aviator ou Skyfall, le dernier James Bond, Penny Dreadful, qui compte pour le moment une première saison de huit épisodes (une saison deux de dix épisodes est prévue pour l’année prochaine), marque le grand retour de Josh Hartnett, qui avait, soyons honnêtes, un peu disparu des écrans radars depuis quelques années. Il interprète ici le rôle d’Ethan Chandler, sorte de cowboy écorché vif qui se retrouve un peu malgré lui plongé dans un univers fantastique qui le dépasse, et est plutôt convaincant dans ce rôle, tout comme Eva Green d’ailleurs, beaucoup moins insupportable que d’habitude, qui incarne l’énigmatique Vanessa Ives. Le casting est complété par Timothy Dalton, célèbre interprète de James Bond dans Tuer n’est pas jouer et Permis de tuer, sortis à la fin des années 1980.

À travers l’histoire d’un richissime explorateur anglais, Sir Malcolm Murray (Timothy Dalton), qui s’entoure de marginaux aux dons exceptionnels pour partir à la recherche de sa fille disparue, la série nous plonge dans les bas-fonds de la société anglaise du 19è siècle et revisite la mythologie du fantastique anglais, nous permettant ainsi de croiser au fil des épisodes des figures aussi célèbres que Dorian Gray, Mina Harker ou le Docteur Frankenstein.

Jouissant d’une ambiance sombre à souhait et d’une esthétique hyper travaillée, Penny Dreadful est une série qu’il faut découvrir, surtout si l’on est fan de fantastique. Alternant scènes d’actions et moments plus contemplatifs, son rythme peut dérouter au début mais plus la saison avance plus l’intérêt va grandissant et vous pouvez être certain qu’une fois arrivé au dernier épisode de cette « trop courte » première saison, vous n’aurez qu’une envie: être en 2015 pour voir la suite !

Gotham

 

Capture d'écran MyTF1vod

Interface de la page « en direct des USA » du site MyTF1vod – Source: //mytf1vod.tf1.fr

Nouveauté de la rentrée la plus attendue aux États-Unis, parmi toutes celles ayant déferlé entre mi-septembre et mi-octobre sur les grands networks américains (CBS, ABC, NBC, FOX et The CW), Gotham, lancée en grandes pompes le 22 septembre dernier sur la chaîne FOX, est disponible en France depuis le 23 septembre sur MyTF1 VOD (à la location) et sur iTunes (à l’achat), en version originale sous-titrée, au rythme de la diffusion américaine (une offre VOD qui contient également, entre autres, les nouvelles saisons de Grey’s Anatomy, The Vampire Diaries, Esprits Criminels ou encore The Blacklist).

Créée par Bruno Heller, scénariste à l’origine des séries Rome et The Mentalist (cette dernière entamant fin novembre sa septième et dernière saison aux États-Unis), Gotham reprend la mythologie de Batman, remontant aux origines de l’histoire de Bruce Wayne et constituant ainsi une sorte de « prequel » (histoire qui se passe avant) aux différentes aventures bien connues de l’homme chauve-souris. Sauf qu’ici, justement, point d’homme chauve-souris à l’horizon. Juste Gotham City. Une ville, ses méchants, et James Gordon.

Gotham posters

Affiches promotionnelles de la saison 1 de « Gotham » – Jérémie D. CC BY-NC

C’est justement les aventures de ce dernier que l’on suit au fil des épisodes. James (souvent abrégé en « Jim ») Gordon, futur commissaire et allié de Batman, qui n’est alors ici encore qu’un jeune inspecteur de la police de Gotham. Interprété par Ben McKenzie, révélé en 2003 par la série Newport Beach (The O.C. en version originale) et vu plus récemment dans l’excellente Southland, James Gordon croise dès l’épisode pilote de la série le chemin du jeune Bruce Wayne, alors âgé de douze ans, le soir où il assiste impuissant au meurtre de ses parents (histoire déjà bien connue des fans de la saga Batman, notamment présentée dans le Batman Begins de Christopher Nolan, et qui ici lance la série). Et la force de Gotham réside justement dans la galerie de personnages qui nous est offerte: Selina Kyle (future Catwoman), Alfred Pennyworth, le Pingouin, Edward Nygma (futur Homme Mystère), Poison Ivy enfant (qui apparait en clin d’oeil dans l’épisode pilote), ou encore Harvey Dent (qui deviendra plus tard Double Face), dont l’introduction est prévue pour l’épisode 9. Bref, ils sont (presque) tous là! À noter que le casting régulier de la série comprend également Jada Pinkett-Smith (l’épouse de Will Smith) dans le rôle de Fish Mooney, une gérante de boîte de nuit qui travaille pour le compte de Don Falcone.

Bénéficiant d’audiences correctes, bien que en dessous des attentes pour une telle série, Gotham a tout de même été confirmée pour une saison complète de 22 épisodes (six épisodes supplémentaires ayant été commandés en octobre, après une commande initiale de 16 épisodes). Après un pilote plus que prometteur et quelques épisodes un peu plus faibles, la série semble enfin trouver son rythme depuis l’épisode 5 et il faut avouer que le mélange entre formule de série policière classique (avec dans chaque épisode « l’enquête de la semaine »), complot de grande ampleur en fil rouge (avec la guerre mafieuse qui fait rage à Gotham City) et mythologie tout droit sortie de l’univers Batman  surprend et fonctionne de plus en plus au fil des semaines. Ajoutez à cela une ambiance alternant entre le sombre et un aspect plus « comic books », parfois un peu décalé (aspect plus accentué par exemple que dans les adaptations de Arrow ou The Flash, diffusée aux États-Unis sur la chaîne The CW), et vous obtenez une formule gagnante. Sans aucun doute LA nouveauté « grand public » de la rentrée à découvrir. En espérant juste qu’elle tienne toutes ses promesses une fois la première saison terminée.

 

The Affair

 

Canal + Séries à l'heure US

Publicité pour la programmation « à l’heure US » de la chaîne Canal + Séries – Source: www.canalplus.fr

Lancée le 12 octobre dernier sur Showtime aux États-Unis, The Affair, très attendue et très bien accueillie par la critique, est diffusée en France tous les mardis à 21h30 sur Canal + Séries, deux jours après sa diffusion américaine (en version originale sous-titrée là encore, délais obligent), dans le cadre de la programmation « à l’heure US » de la chaîne, qui comprend également la saison 2 de Brooklyn Nine-Nine, les saisons 4 de Homeland, Scandal et Revenge, et la saison 8 de The Big Bang Theory.

Créée par Sarah Treem, scénariste ayant travaillé sur des séries telles que How to Make it in America et House of Cards, et Hagai Levi, réalisateur et scénariste israélien à qui l’on doit la série Be Tipul (ensuite adaptée aux États-Unis sous le titre In Treatment, avec Gabriel Byrne dans le rôle principal), The Affair raconte la relation extraconjugale entre Noah Solloway, un père de famille new-yorkais, enseignant et également romancier, et Alison Lockhart, une serveuse dont la mariage vacille depuis un grave accident. Interrogés par la police quelques temps plus tard, ils se remémorent leur rencontre, chacun leur tour. La série alterne donc les points de vue, les perspectives, et on se rend peu à peu compte qu’ils n’ont peut-être pas vécus leur relation de la même façon. La narration, ponctuée par ces séances d’interrogatoire, offre une formidable autopsie de la liaison qui unit Noah et Alison et constitue un twist bienvenu qui éloigne la série des dramas romantiques plus classiques , le téléspectateur comprenant assez rapidement qu’à « l’affaire » du titre (qui signifie justement « liaison » en anglais) s’est mêlée une « affaire » criminelle (un meurtre ? un accident ?).

The Affair

Affiche et photo promotionnelles de la saison 1 de « The Affair » – Jérémie D. CC BY-NC

En plus d’être extrêmement bien écrite, The Affair jouit d’un casting exceptionnel. Les deux rôles principaux sont tenus par Dominic West, qui incarna notamment entre 2002 et 2008 l’inspecteur James McNulty dans la série The Wire, et Ruth Wilson, vue dans la série anglaise Luther. Leurs conjoints respectifs sont quant à eux interprétés par Maura Tierney (célèbre Abby Lockhart de Urgences) et Joshua Jackson (bien connu des fans de Dawson et de Fringe). Bref, c’est du lourd.

Peinant un peu au niveau des audiences aux Etats-Unis, la série, dont la première saison s’achèvera le 21 décembre prochain, est néanmoins déjà renouvelée pour une seconde saison de 10 épisodes, preuve si besoin est que les chaînes du câble savent donner leur chance aux séries de qualité. Et puis, c’est bien connu, audiences et qualité ne sont pas toujours synonymes…  Nombreuses sont les bonnes séries qui se sont arrêtées trop tôt, faute d’audience justement. Espérons que cela ne sera pas le cas de The Affair et qu’elle durera encore plusieurs saisons. Car c’est vraiment un petit bijou.

 

Sources:

 

4 Responses to “ Focus: 3 séries à ne pas rater en 2014 ”

  1. 11. Tiger – good point, although I am not sure I agree with the negatives associated with not holding fast to the Iron Rod – it forces all down the same path which does not make sense to me.21. Trevor – I was certainly in your boat “comfortably heterodox active member.” However, I do find myself drifting occassionally – well taking breaks…

  2. click here to see the list of rental boards available at your shop. but there is no link to click on to redirect me. I was wondering if you can email me the link to view your selection of rental boards and if I can reserve a board like a few days in advance? Thank you!

  3. 19 agosto 2009jajaja, que fuerte cuantas has acertado por dios!!!, yo últimamente no sé que me pasa pero me estoy cansando un poquito esa es la verdad.., pero no sé si será por mi situación personal ó que…Hay algunas que me han echo mucha gracia porque alguna vez, me a pasado,pero no lo voy a decir… Un besete! .-= Último artículo del blog de pili”cuchillita”… =-.

  4. Grim – I know I got dissed for not realizing that the saying “The secret of success is to find a need and fill it” was an old marketing mantra…but you did…you filled an obviously gaping hole re information for your industry in NJ. Think of all you helped.

Laisser un commentaire