L’esthétisme de la communication dans Les TEEN MOVIES

L’utilisation de l’esthétisme a toujours été un point fort de la communication afin de séduire. Aujourd’hui, avec l’évolution des nouvelles technologies et des industries culturelles, nous constatons que le graphisme et l’esthétique qui mixent de l’ancien et du  moderne sont l’emblème de toute communication. Mode, cuisine, bars… tous les secteurs sont touchés. Mais dans cet article je m’attarderai surtout sur le cinéma et en particulier sur les TEEN MOVIES!

Et c’est là que vous me demanderez : « Mais qu’est-ce qu’un Teen Movie? »

readImage

Pour le moment, retenez surtout que le Teen Movie c’est le sous-genre cinématographique des ados et jeunes adultes.

Dans le monde du cinéma, il existe différents thèmes rangés en catégories cinématographiques. Certaines se développent tandis que d’autres naissent avec une vision plus moderne de l’époque et dont le but est d’accrocher un public.Le cinéma est devenu une véritable industrie culturelle et esthétique. Affiche publicitaire pour les entreprises, il joue de son influence pour augmenter la consommation des publics. Chaque thème de film à un objectif précis et une moralité.

D’ailleurs, je vous conseille de faire un tour sur le répertoire d’Allo Ciné si vous avez besoin de chercher un film en particulier ou de trouver une certaine catégorie cinématographique : http://www.allocine.fr/films/

 

Un public a fortement retenu mon intention : les Teenagers soit les adolescents. En effet, depuis les années 20, les jeunes constituent un public et un véritable enjeu pour l’économie. Fortement influençables ils sont une source d’argent « facile ». Le cinéma a décidé de se consacrer à ce jeune public, réceptif, en créant une catégorie spécifique à leurs envies : le fameux Teen-Movie (film jeune). Mais le genre prend vraiment forme dans les années 50 lorsque certains producteurs comme l’American International Pictures réalisent que ce public de niche est une opportunité importante pour le marché du cinéma. Cette prise de conscience, tardive, pousse les réalisateurs à changer le Teen Movie jusqu’ici familiale en film purement adolescent et à en exclure les adultes. L’idée n’est plus de donner des conseils d’adultes mais de parler « jeune » aux jeunes, de faire comme si le cinéma les comprenait mieux que quiconque. Il existe de nombreux sous-genres de Teen Movie. Quatre d’entre eux ont retenu mon intention puisqu’ils répondent particulièrement à cette idée d’esthétisme et d’industrie culturelle.

Afficher l'image d'origine

Le Teen Movie Dystopique

 

10

Alors que le Teen Movie avait tendance à tourner autour du lycée, des amis, de l’amour, du sexe, de l’alcool… Notre époque explose avec la Dystopie. Un retour en arrière puisque ce genre a déjà connu un certain succès avec Huxley et son livre Le meilleur des mondes ou encore 1984 d’Orwell. Au 20ème siècle, le thème Dystopique revient avec des protagonistes plus jeunes et plus féminins. Ajoutons également que ces films sont tirés de livres pour adolescents. On se souviendra de la période littéraire vampirique et amour impossible avec Twilight, Journal d’un vampire… tous plus ou moins adaptés au cinéma.

Je m’attarderai sur le Teen Movie Dystopique qui a fait parler de lui, surtout avec son dernier volet en Novembre 2015: Hunger-Games. Livre de Suzanne Collins et adapté au cinéma en 2012 par Gary Ross, Hunger Games est une saga qui casse les codes esthétiques du Teen Movie classique.  En effet, avant le Teen Movie, c’était la représentation du beau, de la richesse, de lycéens… Là, on prend un autre tournant avec une dystopie, une société en perdition et une jeune héroïne (Katniss) insociable qui ne demande rien à personne et qui devient l’image de la rébellion.

3

 

Katniss est l’héroïne moderne à laquelle tout le monde peut s’identifier. C’est rassurant de voir, que malgré, le taudis dans lequel elle vit, elle reste belle, que malgré la faim, elle a un corps parfait, que sa coiffure est ravissante, qu’elle est intelligente, courageuse et que deux garçons, plutôt mignons, sont raides dingues amoureux d’elle et en plus, elle a des défauts qui la rendent encore plus séduisante: elle est introvertie, insociable, manipulatrice, destructrice et j’en passe. Cette jeune femme tombe à pic dans notre époque où les femmes continuent de faire valoir leurs droits. Elle manie l’arc avec dextérité et est carrément plus masculine que les protagonistes hommes qui restent plus en arrière et attendent que Katniss viennent les sauver.

 

7

Hunger-Games c’est le Teen Movie qui souhaite mettre en avant la femme. La petite soeur de Katniss, devient au fur et à mesure des volets, une icône de courage et de solidité. Dans l’armée des rebelles, la plupart des chefs sont également de sexe féminin. Avec une mise en avant de la femme héroïque, qui remplace le super-héros, Hunger-Games a pour conviction de se battre pour l’égalité et la justice.

Le récit colle plutôt bien dans l’air du temps avec une société qui souhaitent autre chose, des jeunes qui se rebellent et des femmes qui souhaitent une totale indépendance. On parle aujourd’hui d’une génération « Katniss » avec des jeunes femmes « guerrières » dans la littérature, le cinéma mais aussi dans la réalité avec une mode vestimentaire plus militaire et masculine: bottes hautes, couleur kaki, tresse sur le côté…

 

10 11

 

EXIT les princesses qui font le ménage en attendant le prince charmant et bonjour les filles brillantes, autonomes et égales aux hommes. On pense d’ailleurs à une jeune protagoniste qui semblait déjà, à l’époque, représentative de ce profil: Hermione dans Harry Potter. Dans le même genre, vous trouverez Divergente avec son nouveau volet sorti le 9 mars, Le Labyrinthe, Les âmes Vagabondes, The Giver

 

TEEN MOVIE & sexualité naissante

 

Le Teen Movie explose dans les années 20. Entre 1990 et 2000, le succès se confirme et les films se multiplient en explorant des nouvelles facettes fidèles aux jeunes. Les comédies persistent mais un genre nouveau apparaît lourdement: la sexualité naissante.

Le Teen Movie est surtout connu pour sa confrontation clan filles au clan garçons. Les récits de l’époque, portent un intérêt particulier à la construction des identités sexuées où la période est fluctuante. Certains des films d’ados vont porter une attention spécifique à la communauté « Garçon » mise en péril par l’intrusion de la communauté « Fille ». Et pour illustrer ce genre, j’ai évidemment pensé à American Pie, représentatif de l’identité masculine représentée comme une zone à part avec ses valeurs et ses rituels.

Afficher l'image d'origine

Réalisé en 1999 par Paul et Chris Weitz, le premier American Pie a conquis le cœur des ados mais également des plus vieux. Trois autres volets suivront avec un cinquième en prévision.

Mais pourquoi autant d’engouement pour ce célèbre film?

On y suit un groupe de copains qui font le pacte de perdre leur virginité ensemble, du lycée à la réunion des anciens élèves. Pendant 4 volets, les personnages doivent faire face à l’emprise des femmes. Mais ce qui est surtout mis en premier plan, c’est l’amitié masculine, socle pour accéder à la maturité sexuelle et réussir socialement. Le public aime cette réalité qu’il vit au quotidien avec notamment la mise en scène du domicile parental, symbole de l’émancipation mais également de l’enfermement et de l’autorité familiale. La chambre représente l’identité et l’intimité de l’adolescent qui s’y enferme pendant des heures et qui est confronté à l’intrusion permanente des parents. Cette irruption s’inspire du slasher célèbre sous-genre cinématographique des films d’horreurs où sont mis en scène les meurtres d’un tueur psychopathe dont le but est d’éliminer un groupe de jeunes à l’arme blanche. American Pie parodie cette mise en scène avec humour: les parents sont les psychopathes et l’ado dans sa chambre est victime de leur intrusion brutale dans sa chambre.

Si American Pie insiste sur la vie compliquée de l’adolescent mâle qui cherche à comprendre l’adolescente femelle, il ouvre ses portes à une autre relation appelée la Bromance, mixte entre “brother” et “romance” dont le but est de transposer le thème de l’amitié virile à un genre plutôt féminin. La Bromance est donc une relation proche et non consommée entre deux hommes (historiquement parlant, le sujet de l’homosexualité était largement tabou.) Concernant les filles, elles sont la représentation de la dominance expérimentée.

Afficher l'image d'origine

La série de films est un changement dans le genre Teen Movie. En effet, jusqu’ici les Teen movies accordent une symbolique forte à la virginité avec des filles qui se préservent et qui attendent LE prince charmant. Avec American Pie, le public fait face au dépucelage et à la seks quest (la quête) masculine qui montre des adolescents qui concentrent leur énergie à franchir le rite au plus vite. Alors évidemment ça donne des récits moins poétiques avec un vocabulaire assez lourd où le plaisir du héros masculin devient celui de ses amis.

Bref, en général, American Pie rentre parfaitement dans le genre Teen Movie avec ses propres idéaux. Confrontés au passage à l’âge adulte, les héros représentent une jeunesse opposée à l’autorité parentale qui revendique l’envie d’autonomie et d’amitié. La sexualité est abordée comme jamais, ce qui en fait un véritable produit de mode et de consommation. On retrouvait le même concept dans Sexe Intention et Sexe Attitude dans les années 90.

Afficher l'image d'origine           Afficher l'image d'origine

Des universitaires Américains ont réalisé une étude sur l’influence des films dits “populaires” axés sur la sexualité auprès des mineurs. Il en ressort que les jeunes de 12 à 14 ans ayant vu American Pie ont une activité sexuelle plus avancée que les autres mais également plus dangereuse. Ces adolescents calqueraient leur comportement intimes sur ceux des films.

15 ans après le 1er volet,  le film vieillit très mal. Les spin-off ne prennent pas et les deux téléfilms réalisés sont perçus comme des nanars de série Z.  Il aura, tout de même, lancé la mode des 3 B : BABES-BIACTOL-BIERE. Mais depuis 1999, le jeune public a pu découvrir et savourer des genres de Teen Movie plus fins, composés d’action et de fiction. La règle des 3 B est remplacée par les 3 V : VAMPIRES-VENGEANCE-VERTUE

En attendant, je vous laisse redécouvrir ou découvrir la bande-annonce qui vous déclenchera « peut-être » une certaine nostalgie…

 

TEEN MOVIE DES FÊTARDS

 

Avis aux fêtards et amateurs de musiques commerciales, un sous-genre Teen Movie risque fortement de vous plaire et de vous donner l’envie de danser sans aucun scrupule.

Thème plus sombre et déjanté, le Teen Movie des fêtards plaît pour ses musiques, sa provocation et ses ados qui oublie leur quotidien.

En 2012, Projet X fait un carton avec sa bande-son signé Kid Cudi et son scénario de fête énorme sans limite. A tel point que certains spectateurs ont tenté de réaliser cette soirée chez eux. De nombreux chercheurs ont accusé ces films d’influencer et pousser les jeunes à consommer des produits illicites.

Nous sommes de nouveau face à un sous-genre qui s’oppose à l’autorité parentale et qui cherche à montrer une image stéréotypé du jeune (image souvent décrite par des générations plus anciennes).

 

 21 and over suit le même principe en s’inspirant largement de Very Bad Trip qui s’adresse aux adultes.

Quant au film, Projet Almanac, il ajoute de la science-fiction histoire de donner un d’originalité au contenu.

Afficher l'image d'origine

 

Jusqu’ici, ces films présentent un aspect très fun et sont drôles. Mais en 2013, Harmony Korine casse l’image du jeune ado décalé et heureux dans ses soirées avec son film Spring Breakers. Ce dernier fait un carton et suit 3 règles qui attirent les ados comme des mouches:

  1. des actrices Disney détournées du droit chemin
  2. des clichés sexuels avec des filles à la plastique parfaite qui sont toujours en maillot de bain
  3. de la provocation et du trash

Sous les notes de Skrillex, le spectateur est enfermé pendant 1h30 dans la vie de 4 jeunes filles prêtent à tout pour aller au week-end le plus attendu aux Etats-Unis: le Spring Break (jolie publicité au passage…). Musique, alcool, drogue, le célèbre verre rouge… rien n’est oublié pour faire vivre une vie d’étudiant américain et rompre le schéma de l’ado qui attend l’amour et sa lettre d’acceptation dans une grande université.

En France, le sujet à tendance à plaire également. La Crème de la crème sorti en 2014, se concentre sur la vie de débauche et de manipulation des étudiants en école de commerce. En octobre, la fiction interactive WEI OR DIE nous transporte au sein d’un week-end d’intégration et de son bizutage illégal.

 

Bien que ces derniers films soient sombres ils démontrent une certaine réalité parfois cachée qui sont aujourd’hui des sujets de discordes au sein de l’éducation. Ce sont également des industries marketing qui vend vêtements, alcool, musiques, écoles…

Le capitalisme y règne en maître. Bienvenue dans une génération sans limite ou le besoin de tout relâcher est constant.

 

TWEN MOVIE

Les adolescents et jeunes adultes sont une mine d’or pour l’économie. Il faut donc répondre le plus possible à ce public quitte à s’adapter à âge en particulier. Récemment un sous -genre de Teen Movie est apparu: le TWEN MOVIE. Mixe entre les mots « teen » (adolescent) et « twelve » (douze), le sous-genre est crée pour les prés-ados et plus précisément pour les filles qui ne jouent plus à la Barbie mais qui n’ont pas encore touché à une bouteille d’alcool.

Afficher l'image d'origine

D’ailleurs, petite parenthèse, on remarquera que Lindsay Lohan se retrouve dans la plupart de ces films… (elle n’avait pas encore touché à la fameuse bouteille…)

La plupart de ces Twen Movie sont des adaptations de chick-lit (littérature de poulettes). Nous avons un grand classique: Journal d’une princesse de Meg Cabot qui a fait connaître l’auteur mais surtout l’actrice qui a joué l’héroïne: Anne Hathaway.Afficher l'image d'origine

L’absence de gags lourds et la survalorisation de l’amitié féminine (Womance) sur laquelle plane l’ombre d’une rivalité amoureuse sont les marques de fabrique du sous-genre. Nous n’avons pas des films sur des lolitas malgré le titre de l’un d’entre eux, Lolita malgré-moi, mais sur de jeunes adolescentes encore naïves. Jusqu’ici nous étions dans un environnement de lycée et université mais le Twen Movie refait un bon en arrière pour nous emmener à l’époque du collège qui a marqué la plupart des jeunes.

Freaky-Friday avait lancé l’idée mais se voulait plus être dans le thème du body swap (changement de corps). En revanche, Quatre filles et un jean, le journal de Georgia Nicolsen, American Girl, Journal intime d’une future star, Wild Child… sont piliers du Twen Movie.

Mais pourquoi le Twen Movie fonctionne-t’il aussi bien?

Il a une influence assez puissante sur le public qu’il vise. Il fait rêver les jeunes filles et la plupart de ses actrices sont aujourd’hui devenues de véritables stars auxquelles les ados se comparent.

Dans la plupart des Twen Movie, l’héroïne fait face à un relooking radical qui vend une mode vestimentaire. Prenons l’uniforme collégien. Ce dernier a été utilisé dans différents secteurs comme produit de consommation. En 2014, Viktor Horsting et Rolf Snoeren revisitent l’uniforme en le personnalisant de manière rebelle (Défilé de la Fashion Week de Paris- Printemps-Ete 2014). Épaule dénudée, chemise blanche aux piques argentés, utilisation de cuir, superposition de tissus… le défilé est en plus accompagné de la musique de Britney Spears « Baby one more time » où la chanteuse est habillée en collégienne.

Afficher l'image d'origine

Dans le monde entier, des styles Back to School ont vu le jour et n’ont pas seulement plu aux 12 ans…

Sans titreSans titre

Le cinéma est une distraction appréciée par tous les âges. Si le marché a décidé de développer son secteur « ados » ce n’est pas pour rien. En effet, un film peut pousser à vendre différents produits et à développer différents secteurs. Il suffit d’une veste, d’une paire de bottes, d’un mot qui apparaissent quelques minutes pour que la mode connaissent un changement. Le Teen Movie des années 2000 est idiot mais se veut comme son public. D’ailleurs, quand on regarde un Teen Movie avec un peu plus de maturité, on hallucine sur l’attitude des personnages et on se dit qu’on était pas forcément mieux voir idiots. Mais le public « ado » est très réceptif et n’hésite pas à avouer que le Teen Movie a un rôle important dans sa vie privée. C’est une sorte de mode d’emploi de l’adolescent qui permet de parler librement de certains sujets avec ses potes (sexualité, parents, physique…).

Bien qu’il y ai une recherche constante de nouveaux genres, rien n’a été inventé. Les anciens films sont revisités (héritage de films en films) et donnent naissance à des récits qui s’adapte à l’époque. American Graffiti de George Lucas (1962) et La Fureur de vivre de Nicholas Ray sont fondateurs du Teen Movie.

                                                 Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

En 2007, Super Grave de Greg Mottola a redonné un second souffle à American Graffiti.

Le Teen Movie souffre d’une connotation négative et est considéré comme non intéressant à cause de ces sujets « osés » mais pourtant réel (alcool, drogue, sexe, violence…) Les récits parfois difficiles mettent pourtant en scène certaines réalités subies par les adolescents dans leur vie. Il est le reflet d’une jeunesse de l’époque. Si les dystopies se développent autant depuis 2012 c’est en rapport avec les jeunes qui se révoltent de plus en plus pour leurs droits. Pour d’autres marchés, le Teen Movie est un influenceur pour la réalisation de séries, de musique et également un promoteur de différents produits (vêtements, musique…).

Le genre est une véritable cash machine. Actuellement, c’est le conteen qui fonctionne. John Hughes (scénariste, producteur et réalisateur américain) marque considérablement le Teen Movie et contribue à son essor (Seize bougies pour Sam, Breakfast Club…). Le réalisateur déplorait que l’adolescent ne soit qu’un prétexte de rires. Avec Sixteen Candles, il montre sa fascination pour les ados en les défendant et en donnant une morale à ses films: « Cher public nous acceptons d’avoir sacrifié toutes ces années à vous divertir. Chacun de nous est à la fois, un personnage, un acteur et une blague un peu lourde« .

Pour plus d’informations sur le Teen Movien je vous conseille largement de regarder le documentaire Beyond Clueless (2014) de Charlie Lyne qui analyse environ 200 classiques Teen Movie.

L’année dernière, c’est le film Dope qui est sorti. Entre le 2.0 et la vintage, il réinvente les codes du genre et met en scène une bande de copains Afro-Américains d’un quartier défavorisé qui tord le cliché de l’ado blanc et riche classique. La bande-son vaut également un joli détour avec son rap West Coast (Awreeoh, Future) et son hip-hop East Coast (Nas, Public Ennemy).

Bref, le Teen Movie on a beau le critiquer, on le regarde, on l’aime, on en rêve et on attend toujours la suite.

Afficher l'image d'origine

Laisser un commentaire